Fulcanelli,
Le Mystère des Cathédrales

Pour en savoir plus : http://www.alcor-editions.fr/

Ce livre est également disponible sur Amazon : Cliquez ici.
 

Les bibliophiles amoureux de l’art hermétique, et en particulier de l’œuvre de Fulcanelli illustrée par Julien Champagne, ont toutes les raisons de se réjouir : Alcor réédite le Mystère des Cathédrales. Ceux qui ont eu la chance de feuilleter l’édition originale, désormais presque introuvable, savent la qualité des 36 planches de l’illustrateur et alchimiste opératif.

La seconde édition, chez Omnium en 1957, ne parviendra pas à reproduire parfaitement l’impression d’art sur Vélin parue chez Jean Schemit en 1926. Il faut attendre 2013 pour voir enfin les planches dans toutes leurs nuances, grâce au soin apporté par Gilbert Bonnet, maître imprimeur à Marseille, à cette nouvelle et très remarquable parution. Tirage numéroté, limité à 300 exemplaires : cette édition fera date, n’en doutons pas.

Que les éditeurs soient remerciés pour cette seconde vie donnée au Mystère des Cathédrales tel que l’adepte a pu le connaître. Nous avons ici un frère jumeau de l’édition 1926, événement depuis longtemps attendu.

Enfin, nous citerons la remarquable introduction d’un « amateur de science de l’antique Massilia », qu’Eugène Canseliet comptait parmi ses rares « bons amis passionnés du Grand Œuvre physique ».

En quelques pages, l’auteur anonyme nous gratifie de certaines révélations, dont la moindre n’est pas le nom, en clair, de la Matière Première ; une liberté que le maître de Savignies se permit une seule fois dans son texte « l’Hermétisme dans la vie de Swift et dans ses voyages » (Eugène Canseliet, in Les Cahiers du Sud n°344, Marseille, 1957).

Vu le soin extrême porté à cette nouvelle édition du Mystère, nous avons là, d’ores et déjà, ce qu’il convient de nommer un classique, indispensable maillon d’une bibliothèque hermétique digne de ce nom.


Pour en savoir plus : http://www.alcor-editions.fr/

Ce livre est également disponible sur Amazon : Cliquez ici.

 

Notice sur les Cryptes de l’Abbaye Saint-Victor-lez-Marseille, Alcor Editions 2013 d’après l’original de 1864.

Préambule : Fulcanelli noua des liens privilégiés avec la cité phocéenne. Eugène Canseliet s’en explique dans le Feu du Soleil, entretien avec Robert Amadou : « C’est là, à Marseille, que j’ai rencontré auprès de Fulcanelli, Jean-Julien Champagne .../… Fulcanelli habitait un petit hôtel particulier, avec un beau jardin, dans le quartier de la préfecture». C’est là, face à l’abbaye Saint-Victor, que la famille de l’écrivain rose-croix Hippolyte Ebrard reçut aussi, plus tard, Paul Valery (1).

Ebrard était un proche des Cahiers du Sud, revue littéraire ayant son siège près du vieux port de Marseille, et à laquelle participèrent Eugène Canseliet (disciple et préfacier de Fulcanelli), René Alleau (Aspects de l'Alchimie traditionnelle), pour ne citer qu’eux.

Nous voici donc à deux pas de l’abbaye Saint-Victor, chère à Fulcanelli : l’adepte y consacre la première planche du Mystère des Cathédrales (Notre-Dame de confession, Vierge Noire des cryptes de l’abbaye) et conclut les Demeures Philosophales avec la légende des Cierges Verts relative au même lieu. Fulcanelli cite (page 337 de l’édition originale des Demeures) la pièce d’Hippolyte Matabon reproduite en annexe du livre ici chroniqué.

Il était donc tout à fait naturel de voir les éditions Alcor rééditer, en même temps que le Mystère des Cathédrales, cette « Notice sur les Cryptes de l’Abbaye Saint-Victor-Lez-Marseille », le 2 février 2013 pour la Chandeleur, jour de la procession aux cierges verts, toujours d’actualité.

Le lecteur y apprendra nombre de détails intéressants, souvent significatifs pour l’hermétiste. Voués à sainte Marie-Madeleine (fête le 22 juillet lors de l’entrée du Soleil en Lion) et à saint Victor (fête le 21 juillet), ces lieux témoignent d’un rayonnement spirituel immense aux premiers siècles de notre ère. Le feu nouveau (provençal : fuech noou), l’anneau d’or et la couleur verte du VITRIOL des sages, voilà qui place assurément l’amoureux de science en terrain connu.




Dans la crypte, en sortant de la chapelle consacrée à saint Hermès (martyr chrétien du IIIe siècle) et près de Notre-Dame-de-Confession, se voyaient deux pierres translucides sculptées dont on aimerait savoir ce qu’elles sont devenues.

A n’en pas douter, ces cryptes sont, comme celles de Vézelay, de Chartes ou du Mont-Saint-Michel, de toute première importance pour l’alchimiste. Ce livre saura vous en convaincre.

Christophe de Cène

(1) Voir
http://www.rose-croix.net/rose-du-ciel.htm).


Pour en savoir plus : http://www.alcor-editions.fr/

Ce livre est également disponible sur Amazon : Cliquez ici.


 

Retour à la page d'accueil